La Thaïlande conteste la frénésie de construction de barrages au Laos sur le Mékong

BANGKOK – La Thaïlande a menacé de couler des plans pour un barrage développé par la Chine prévu pour le fleuve Mékong dans le Laos voisin, dans une rare réprimande qui fait allusion à une marée montante de dissension dans une région où les trois pays partagent la plus grande voie navigable d’Asie du Sud-Est.

La Thaïlande a soulevé des objections contre le barrage de Sanakham de 2 milliards de dollars depuis la fin de l’année dernière, lorsque des représentants du gouvernement ont violé le protocole diplomatique et fait des déclarations critiques dans les médias contre le projet.

Le barrage, qui est en cours de développement par China Datang, devrait générer 684 mégawatts d’électricité lorsqu’il sera mis en service d’ici 2028 et est considéré comme faisant partie intégrante de la stratégie du gouvernement laotien de devenir «la batterie de l’Asie du Sud-Est».

Bangkok a de nouveau fait part de ses inquiétudes ce mois-ci, affirmant avoir rejeté un nouveau rapport technique lors d’une réunion organisée par la Commission du fleuve Mékong, un organe intergouvernemental basé à Vientiane, la capitale laotienne. La commission a été créée pour gérer les ressources en eau dans le bassin du Mékong, qui est partagé par les membres Cambodge, Laos, Thaïlande et Vietnam.

«Nous exprimons nos préoccupations à travers [commission], qui nous a envoyé des données insuffisantes et périmées », a déclaré à Nikkei Asia Somkiat Prajamwong, secrétaire général de l’Office des ressources nationales en eau, se référant au rapport soumis par le gouvernement laotien et Datang.

La Thaïlande a signalé de multiples préoccupations liées à l’effet environnemental potentiel du projet de son côté de la frontière. Le barrage devrait être construit à 2 km du district de Chiang Kan à Loei, une province montagneuse isolée du nord-est de la Thaïlande.

« Ce sera le premier barrage qui sera construit si près de la Thaïlande », a déclaré Somkiat. « Nous sommes inquiets de l’impact, car il sera imprévisible. »

Les craintes de la Thaïlande selon lesquelles le barrage modifiera le débit du Mékong n’ont pas été exclues, car il menace d’affecter une partie de sa frontière orientale. « Si ce barrage est construit, il sera plus difficile de gérer la limite du chenal profond » dans le Mékong, a ajouté Somkiat.

La partie thaïlandaise est allée jusqu’à menacer d’extraire un prix financier, affirmant qu’elle pourrait ne pas signer d’accord d’achat d’électricité (PPA). L’accord est généralement habituel avant la construction d’un barrage et permet au promoteur d’obtenir des prêts et de garantir son retour sur investissement. Cette décision suggère un départ des relations bilatérales de longue date de la Thaïlande avec le Laos en tant que principal acheteur des exportations hydroélectriques du Laos. Le PPA est un accord souscrit par l’Autorité de production d’électricité de Thaïlande (EGAT), le service public public.

La réticence de Bangkok à approuver le projet a soulevé des sourcils parmi les écologistes en Thaïlande. « Il y a de nombreuses premières qui se produisent actuellement: la première fois que la Thaïlande s’oppose publiquement à un barrage au Laos et la première fois qu’il y a une annonce de ne pas signer un PPA », a déclaré Premrudee Daoroung, coordinateur du Laos Dams Investment Monitor. « La position de Somkiat sur le PPA va à l’encontre de la politique thaïlandaise actuelle d’EGAT et du ministère de l’énergie selon laquelle la Thaïlande achètera son électricité au Laos – cela ne s’est jamais produit jusqu’à présent. »

La répression contre le barrage de Sanakham intervient alors que la politique énergétique de la Thaïlande fait l’objet d’un examen minutieux, avec des questions soulevées sur la nécessité de continuer à importer de l’électricité du Laos à l’avenir. Les groupes verts thaïlandais mènent ce débat alimenté par les taux de consommation d’électricité de la Thaïlande et ses réserves. Selon EGAT, le pic de décembre 2020 était légèrement inférieur au pic projeté de 27500 MW pour le pays, tandis que la capacité électrique installée à l’époque était de 45 480 MW, révélant un excédent de près de 50% des réserves d’électricité, attribué au ralentissement économique causé par la pandémie de coronavirus.

« C’est un signe clair que la Thaïlande n’a pas besoin d’acheter de l’électricité à ses tarifs actuels au Laos pour son usage domestique », a déclaré Pianporn Detees, directeur de la campagne Thaïlande pour International Rivers, un groupe mondial de pression environnementale. «La construction de barrages aujourd’hui n’est pas seulement destinée à l’électricité, mais aussi à la politique. EGAT devrait ajuster ses politiques.

Le Laos et la Chine sont dans la ligne de mire depuis des années sur la construction de barrages sur le Mékong et ses affluents. Le fleuve est le 12ème plus long du monde et son parcours de 4600 km commence à partir du plateau tibétain de Chine et serpente à travers le Yunnan, la province méridionale de la Chine, avant de traverser le bassin du Mékong partagé par le Myanmar et les quatre membres de la Commission Rover du Mékong jusqu’à ce qu’il traverse le Vietnam. Delta du Mékong dans la mer. La Chine a construit une cascade de 11 grands barrages dans le fleuve Lancang, comme les Chinois appellent les tronçons supérieurs du Mékong qui le traverse.

Le Laos a déjà construit 79 barrages sur le courant principal et les affluents du Mékong en vue de construire 100 barrages d’ici 2030, selon le ministère de l’Énergie et des Mines du pays. Le gouvernement du pays sans littoral et pauvre s’est tourné vers les barrages, construits grâce à des prêts, comme bouée de sauvetage financière. Les dirigeants de l’État à parti unique ont placé leurs espoirs dans des exportations d’électricité illimitées, principalement vers la Thaïlande, sur la voie du pays pour devenir la «batterie de l’Asie du Sud-Est» – avec pour objectif d’exporter 20 gigawatts d’électricité pour 2030.

Mais le changement émergent en Thaïlande vers le barrage de Sanakham signale un avertissement à la dépendance du Laos à l’égard des barrages pour alimenter son économie, selon les analystes. Cet avertissement intervient alors que le gouvernement laotien est confronté à de sombres nouvelles concernant la montée en flèche de sa dette extérieure, dont une grande partie provient de la construction de barrages qui n’ont pas atteint leurs rendements financiers prévus.

« Je ne pense pas qu’il existe un acheteur alternatif [to Thailand] à moyen terme en raison du manque de lignes de transmission pour fournir l’énergie aux marchés alternatifs « , a déclaré Toshiro Nishizawa, universitaire japonais et ancien conseiller politique du gouvernement laotien. » Le gouvernement est conscient que certains des projets hydroélectriques sont improductifs et sont en partie responsables de la montée en flèche du fardeau de la dette.  »

Source link

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *