Le tribunal thaïlandais refuse la mise en liberté sous caution des principaux accusés de lèse-majesté

BANGKOK – Un tribunal pénal thaïlandais a refusé mardi la libération sous caution de quatre personnalités pro-démocratie de premier plan, dont le militant étudiant Parit « Penguin » Chiwarak et l’avocat des droits humains Arnon Nampa, qui ont été accusés de lèse-majesté et de sédition parmi d’autres infractions présumées.

Penguin et Arnon occupent une place importante dans le mouvement pro-démocratie dirigé par les jeunes qui a éclaté en juillet 2020. Les deux autres militants, Patipan Luecha et Somyot Pruksakasemsuk, sont des figures de proue du mouvement.

La police a transféré les quatre militants à la maison d’arrêt de Bangkok, où ils resteront jusqu’à ce que le tribunal réexamine la mise en liberté sous caution, que les affaires soient rejetées ou qu’ils soient condamnés. Une caution de 200 000 bahts (6 700 dollars) n’a pas été acceptée au motif que les accusés auraient récidivé à plusieurs reprises.

Les quatre militants sont au sommet d’un mouvement de jeunesse avec trois revendications fondamentales: la démission du Premier ministre Prayuth Chan-ocha et de son cabinet, des amendements constitutionnels avec consultation publique et une réforme de la monarchie sous la constitution. Cette dernière demande a déclenché un débat sans précédent sur le rôle du roi Maha Vajiralongkorn et de la monarchie dans la politique et la société thaïlandaises.

La loi thaïlandaise de lèse-majesté, ou article 112 du code pénal, est la plus draconienne du genre au monde. Les accusés risquent jusqu’à 15 ans de prison par infraction, avec des peines consécutives possibles.

N’importe qui peut porter plainte pour lèse-majesté auprès de la police. Les ultraroyalistes et les responsables gouvernementaux se sont occupés ces derniers mois à déposer des plaintes contre les jeunes manifestants les plus en vue. Au moins 58 militants font face à diverses accusations pénales passibles de lourdes peines.

Arnon Nampa, avocat spécialisé dans les droits humains, et le leader étudiant Parit « Penguin » Chiwarak saluent à trois doigts alors qu’ils arrivent devant un tribunal pénal de Bangkok pour faire face à des accusations de lèse-majesté le 9 février. © Reuters

L’utilisation de la loi de lèse-majesté a été abandonnée en 2018 sur les instructions du roi Vajiralongkorn, a confirmé Prayuth l’année dernière. Les lois relatives à la sédition et aux délits informatiques ont été utilisées à sa place jusqu’en novembre, date à laquelle son utilisation a été rétablie sans explication. À ce moment-là, Prayuth a simplement averti que le gouvernement « intensifiera ses actions et utilisera toutes les lois, tous les articles, contre les manifestants qui enfreignent la loi ».

Le doublement judiciaire des quatre militants intervient à un moment relativement calme pour la Thaïlande après un an de troubles politiques et de difficultés économiques en raison de la pandémie COVID-19. Il y a eu une activité de protestation négligeable depuis décembre au cours d’une période qui a vu une résurgence du coronavirus.

Les détentions provisoires peuvent durer des mois ou plus. En janvier, une fonctionnaire à la retraite a été condamnée à une peine de prison record de 43 ans et six mois pour lèse-majesté après avoir partagé un clip audio jugé critique de la monarchie six ans plus tôt. Sa détention provisoire a duré près de quatre ans.

Le groupe de protestation pro-démocratie The People a appelé à un rassemblement urgent à Pathumwan Skywalk dans le centre de Bangkok pour protester contre le dernier refus de libération sous caution. Depuis fin décembre, les rassemblements politiques sont explicitement interdits en raison d’une résurgence du virus. « Aujourd’hui marque le premier jour de protestation, qui se produira désormais tous les jours », a déclaré un manifestant.

L’utilisation récente et fréquente de la lèse-majesté a envoyé des messages alarmants à la communauté internationale sur la manière de façonner les relations diplomatiques avec le royaume. Il n’a été fermement dénoncé qu’hier par les responsables des droits de l’homme des Nations Unies. La liberté d’expression et les autres droits de l’homme sont également devenus une priorité après le coup d’État au Myanmar le 1er février.

Selon la Maison Blanche, le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan s’est récemment entretenu par téléphone avec Natthaphon Narkphanit, secrétaire général du Conseil national de sécurité de Thaïlande. Sullivan a exprimé ses inquiétudes concernant les récentes arrestations de manifestants thaïlandais et les longues peines de lèse-majesté prononcées.

Source link

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *