Amata en Thaïlande arrête un projet immobilier de 1 milliard de dollars après un coup d'État

BANGKOK / TOKYO – Le plus grand développeur de zones industrielles de Thaïlande a suspendu les travaux d’un projet d’un milliard de dollars au Myanmar en raison des craintes que le coup d’État militaire et d’éventuelles sanctions internationales ne dissuade les investisseurs du pays.

Amata venait de commencer la construction du complexe industriel de 2000 acres à l’extérieur de Yangon en décembre, mais le développement, y compris une nouvelle centrale électrique, sera suspendu, a déclaré mardi le directeur du marketing Viboon Kromadit aux journalistes.

Cette annonce est un signe de l’impact que le coup d’État militaire, qui a débuté lundi avec la détention d’Aung San Suu Kyi et d’autres dirigeants civils, pourrait avoir sur les activités commerciales dans le pays.

« Nous et nos clients sommes préoccupés par un éventuel boycott du commerce par les pays occidentaux », a déclaré M. Viboon. « Il est très probable que cela se produise, en particulier des États-Unis et de l’UE. Et si cela se produit, les nouveaux investissements au Myanmar seront certainement gravement affectés. »

Viboon a déclaré qu’Amata n’avait d’autre choix que d’adopter une approche «attentiste» face à la situation.

« COVID nous a frappés très durement. Maintenant, le coup d’État a aggravé la situation et cela a incité les investisseurs à attendre et à voir. … En tant que promoteur immobilier, nous devons également attendre et voir. »

Une vingtaine d’entreprises, pour la plupart japonaises, sont en pourparlers pour acheter un terrain dans le complexe afin de créer des bases de production, selon Amata. La société a déclaré qu’elle avait déjà dépensé 140 millions de bahts (4,7 millions de dollars) pour la première phase de construction.

Plusieurs autres sociétés multinationales ont suspendu leurs opérations en raison du coup d’État militaire alors que les échanges à la bourse locale ont été perturbés.

Suzuki Motor, le plus grand constructeur automobile du pays en termes de ventes de voitures neuves, a interrompu ses opérations dans ses deux usines toute la journée de mardi après des suspensions d’une demi-journée lundi.

Les opérations ne reprendront « qu’une fois que nous aurons confirmé que la sécurité est garantie », a déclaré la société à Nikkei Asia. Le constructeur automobile japonais compte environ 400 employés au Myanmar, tous en sécurité, selon Suzuki.

« La situation évolue rapidement, nous prenons donc des décisions jour après jour », a ajouté la société.

Suzuki Motor, qui contrôle 60% du marché automobile du Myanmar, a suspendu ses activités dans ses deux usines du pays toute la journée le 2 février. (Photo de Hiroshi Kotani)

Suzuki Motor contrôle 60% du marché automobile local, devant ses compatriotes Toyota Motor et Nissan Motor. Les ventes de voitures neuves au Myanmar ont totalisé 21916 en 2019, en hausse de 25% par rapport à l’année précédente, selon les dernières données disponibles de l’Association automobile du Myanmar.

Suzuki a joué un rôle majeur dans la promotion de l’industrie automobile birmane pendant plus de deux décennies, ayant fabriqué des motos et des automobiles dans le cadre d’une coentreprise avec Myanmar Automobile and Diesel Engine Industries, sous l’égide du ministère de l’Industrie, depuis 1999.

La longue histoire de Suzuki au Myanmar a ouvert la voie au constructeur automobile pour être autorisé à établir une filiale à 100% dans le pays en 2013. Il produit maintenant quatre modèles dans des usines du canton de Yangon South Dagon et de la zone économique spéciale de Thilawa.

Denso, l’un des principaux fournisseurs japonais de pièces automobiles, a également interrompu la production de son usine locale depuis lundi après-midi. « La collecte d’informations a été assez difficile », a déclaré la société, ajoutant qu’elle envisagera plus tard de reprendre ses activités à partir de mercredi. Denso a déclaré avoir confirmé la sécurité de ses quelque 60 employés.

Le coup d’État a également contraint ANA Holdings, opérateur d’All Nippon Airways, à revoir ses activités au Myanmar. Un avis du Myanmar aux aviateurs, ou NOTAM, publié lundi, a déclaré que l’aéroport international de Yangon est fermé jusqu’au 30 avril. Un NOTAM est une notification d’un organisme officiel alertant les utilisateurs de l’espace aérien des dangers sur leur route.

La compagnie aérienne japonaise a décidé d’annuler ses vols mercredi et vendredi de Yangon à l’aéroport international de Narita près de Tokyo. ANA avait prévu d’opérer deux vols par semaine, mercredi et vendredi, de Yangon à Narita en février en réponse à la réduction de la demande de vols causée par la pandémie COVID-19.

ANA n’a pas décidé d’annuler ses vols réguliers la semaine prochaine mais n’aura pas le choix si la fermeture de l’aéroport se poursuit.

L’Australien Woodside Petroleum a rejoint les rangs des entreprises qui ont suspendu certaines activités au Myanmar, a rapporté Reuters. La société travaille avec Total SA et MPRL E&P, basée au Myanmar, pour développer le premier projet de gaz en eau ultra-profonde du Myanmar, connu sous le nom de A-6.

« L’accès à certaines infrastructures est limité et, par conséquent, nous avons reporté certaines activités logistiques en attendant plus de clarté », a déclaré la société dans des commentaires envoyés par courrier électronique mardi.

La bourse de Yangon du Myanmar a suspendu ses activités depuis le 1er février à la suite du coup d’État. (Capture d’écran du site d’échange)

Pendant ce temps, les échanges sur le marché boursier du Myanmar ne sont pas encore revenus à la normale. La Bourse de Yangon, ou YSX, a suspendu mardi la négociation de toutes les actions pour la deuxième journée consécutive, selon le conseiller de la bourse Toru Onoda.

L’armée a bloqué les lignes de communication au Myanmar depuis lundi matin, ce qui a rendu difficile l’accès des sociétés de bourse au système de change.

« La bourse rouvrira mercredi au plus tôt », a déclaré Onoda.

Les communications filaires et sans fil ont été en grande partie rétablies mardi et les banques ont repris leurs activités. La bourse décidera mardi de la réouverture du marché après avoir confirmé que les transactions peuvent être exécutées en douceur dans les conditions actuelles.

YSX a ouvert ses portes en mars 2016 uniquement pour les citoyens birmans. Les investisseurs internationaux ont été autorisés à rejoindre le marché à partir de mars 2020. Seules six sociétés sont cotées, et une autre devrait rejoindre le marché en mars. Au 29 janvier, la capitalisation boursière totale des sociétés cotées s’élevait à 719 milliards de kyats (541 millions de dollars), soit environ un millième de la capitalisation boursière de la Bourse de Thaïlande, son homologue régional.

Reportage supplémentaire de Masayuki Yuda à Bangkok

Source link

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *