Un coup d'État bloque plus d'un million de travailleurs birmans en Thaïlande

BANGKOK – Plus d’un million de travailleurs du Myanmar vivant en Thaïlande sont impuissants alors que l’armée intensifie la brutalité dans leur pays d’origine pour tenter de briser le mouvement de désobéissance civile.

Selon le ministère thaïlandais du Travail, 2,5 millions de travailleurs migrants étaient enregistrés dans le royaume à la fin de 2020. Sur ce nombre, plus d’un million étaient originaires du Myanmar, faisant de la Thaïlande la plus grande communauté d’expatriés birmans au monde.

Il y en a également des milliers d’autres sans papiers, selon le Réseau de protection du travail. Les travailleurs migrants du Myanmar occupent souvent des emplois que la plupart des Thaïlandais évitent en raison de leur dureté, de leur saleté ou de leurs bas salaires.

«Je suis très en colère contre la junte», a déclaré à Nikkei Asia fin février Japan Kyanphar, un travailleur migrant de l’État de Mon. Il a travaillé pendant 20 ans dans une entreprise de pêche thaïlandaise dans la province de Samut Sakhon. « Je déteste le coup d’État car il ramène mon pays à il y a 30 ans, mais je ne sais pas ce que je peux faire pour aider mon peuple », a-t-il déclaré.

Après le coup d’État, le Japon Kyanphar est descendu dans la rue avec des centaines de collègues travailleurs migrants à Samut Sakhon en signe de solidarité avec le mouvement de désobéissance civile au Myanmar. Ils ont battu bruyamment les pots, dans l’espoir d’attirer l’attention internationale et d’exprimer leur opposition au coup d’État. Mais le rallye n’a duré qu’une dizaine de minutes.

« Nous ne pouvons pas faire plus parce que les autorités thaïlandaises n’arrêtent pas de nous avertir de ne pas organiser de manifestations qui pourraient provoquer des tensions internationales », a-t-il déclaré.

Le gouvernement thaïlandais souhaite que la communauté birmane reste calme et ne s’implique pas dans quoi que ce soit qui pourrait nuire aux relations entre la Thaïlande et le Myanmar. Les autorités tiennent également à éviter toute étincelle qui pourrait déclencher une répétition des manifestations pro-démocratie de l’année dernière en Thaïlande.

Aucune annonce n’a été faite interdisant explicitement les manifestations contre le Myanmar, mais les restrictions de la pandémie COVID-19 sur les rassemblements ont été invoquées pour garder les manifestations sous contrôle.

Le 2 février, au lendemain du coup d’État du général Min Aung Hlaing, des centaines de manifestants se sont rassemblés devant l’ambassade du Myanmar à Bangkok. Agitant des banderoles, ils ont exigé la libération d’Aung San Suu Kyi, chef de la Ligue nationale pour la démocratie, qui a remporté les élections générales de novembre par un glissement de terrain. Les manifestants se sont dispersés pacifiquement après quelques heures.

« On nous a dit que nous devrions arrêter de protester après quelques heures, sinon nous briserions le décret d’urgence toujours en place pour enrayer la pandémie de COVID », a déclaré Nang Kham Saung, un étudiant de 29 ans originaire du Myanmar qui poursuit un MBA à Université Mahidol.

«Personne ne veut être arrêté, moi y compris», a-t-elle dit, «je veux toujours étudier et je ne veux pas de problèmes dans ma vie. Donc, j’ai dû arrêter de protester même si j’étais très en colère et que je voulais vraiment le faire. quelque chose pour aider mon pays. « 

Dans la province de Tak, qui borde le Myanmar, le gouverneur Pongrat Piromrat a déclaré à Nikkei qu’une douzaine d’étudiants et de travailleurs birmans s’étaient rassemblés pour protester. On leur a dit de ne pas répéter la manifestation pour éviter de nuire aux relations avec le Myanmar.

« Ils étaient assez obéissants et nous n’avons pas eu à recourir à des mesures plus strictes contre eux », a déclaré Pongrat. « Ils savent qu’ils doivent se conformer à la loi thaïlandaise. »

De nombreux travailleurs bloqués sans défense en Thaïlande estiment que le coup d’État a anéanti toute perspective d’amélioration économique au Myanmar. Nam Kham Saung espérait que son MBA serait la clé d’une vie meilleure à son retour à la maison. Elle a économisé de l’argent supplémentaire en travaillant comme interprète de chinois et prévoyait de démarrer sa propre entreprise à Yangon. «Le coup d’État nuira à l’économie», a-t-elle déclaré. « Je n’aurai aucune chance d’ouvrir l’entreprise dont je rêvais. »

« Les Birmans vivant ici illégalement ont une peur terrible d’être arrêtés et battus par les autorités thaïlandaises », a déclaré à Nikkei Patima Tungpuchayakul, la cofondatrice de 39 ans en 2004 du Labor Protection Network. « La plupart d’entre eux ne connaissent ni la langue thaïe ni la loi thaïlandaise. »

Patima s’est consacrée à aider les travailleurs migrants. Elle a déclaré que les plus alphabétisés du Myanmar suivaient les développements sur Facebook, mais plus ils en apprennent, plus ils deviennent en colère et désespérés.

La pression monte pour développer un réseau d’assistance. Un homme d’affaires de 28 ans qui dirige un restaurant birman traditionnel à Bangkok a lancé une campagne Facebook pour collecter des fonds pour aider les habitants du Myanmar.

«Nous avons demandé un don de 100 bahts (3,3 dollars) à environ 20 000 personnes», a-t-il déclaré à Nikkei. « Nous pouvons obtenir environ deux millions de bahts pour aider les gens dans le mouvement de désobéissance civile. »

Il a refusé de donner plus de détails, en particulier sur l’envoi d’argent au Myanmar, de peur de faire l’objet d’une enquête de la part des autorités thaïlandaises.

Cependant, des hommes d’affaires à la frontière qui font du commerce avec le Myanmar ont déclaré à Nikkei que les fonds seraient probablement transportés dans le pays en espèces pour être distribués. Un homme d’affaires de Chiang Rai a évalué le commerce frontalier local à environ 50 millions de bahts par jour. « Le mouvement de deux ou trois millions de bahts en espèces n’attira pas beaucoup d’attention », a-t-il déclaré.

Jeudi, le ministère thaïlandais des Affaires étrangères a publié une déclaration sur la situation: <>

Source link

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *