Catégories
Société

UN CHIEN DE RUE REJOINT LA FAMILLE ROYALE

UN CHIEN DE RUE REJOINT LA FAMILLE ROYALE Photo: Michele Jullian

Ce blog est une traduction d'un article de Giles Ji Ungpakorn paru dans NEW MANDALA (journal en ligne thaïlandais) Giles Ji Ungpakorn est le fils d’un ancien gouverneur de la Banque de Thaïlande, puis recteur de l’Université Thammassat, sa mère est anglaise. Il a la double nationalité thaïe et britannique. Giles a été éduqué en Angleterre (université de Durham, puis « School of Oriental and African Studies », et l’université de Londres avant de rentrer en Thaïlande en 1997 Après le coup militaire de 2006, Giles a conduit un mouvement d’étudiants à Bangkok. Plus tard il a été accusé de lèse-majesté pour avoir écrit « A COUP FOR THE RICH »   L’utilisation de la loi draconienne de lèse-majesté a atteint des proportions absurdes et vicieuses. Absurdes : un jeune ouvrier d’usine a été inculpé pour s’être moqué du chien du roi dans les médias sociaux ; vicieuses car ces cas sont punis par des peines de prison de plus en plus lourdes depuis le coup d’état militaire de 2014. Ils sont jugés par des tribunaux militaires, sans aucune transparence ni justice. Le nombre de cas le LM a augmenté de façon spectaculaire sous la présente junte. Des gens sont en prison pour avoir exprimé un point de vue à travers la presse écrite ou les médias sociaux. Un homme a été inculpé pour avoir dessiné des graffitis sur un mur de toilettes. La junte a alors menacé tous ceux qui avaient simplement « liké » l’info sur FB.

Excerpt from:  

UN CHIEN DE RUE REJOINT LA FAMILLE ROYALE

Catégories
Société

Les journalistes sont silencieux, comme les pieds. « Feet are silent » expression birmane

Les journalistes sont silencieux, comme les pieds. « Feet are silent » expression birmane Photo: Michele Jullian

    « When feet are silent », telle est la belle expression birmane signifiant « il fait très chaud ». Il n’y a malheureusement pas que les pieds qui font silence en Birmanie, les bouches aussi sont muselées. La presse est étouffée. Et pas seulement l’étrangère, mais la presse locale également. La peur impose silence à ceux dont c’est le métier de raconter, de rendre compte. « Feet are silent » A un point de la frontière où je me trouvais l’autre jour, un groupe de journalistes de l’état Karenni risque des années de prison pour le simple fait d’évoquer de prochaines élections. Ils travaillent dans une hutte de bambou, sur un ordinateur fonctionnant sur batterie, sur un sol transformé en gadoue par les pluies récentes. Cette frontière est peut-être loin de Rangoon et des tentacules de la pieuvre mais ça reste extrêmement dangereux. Un journaliste raconte qu’un de leurs informateurs – il n’avait que 25 ans – qui avait envoyé quelques informations qui tenaient sur la page d’un mini-ordinateur, avait été arrêté et condamné à 37 ans d’emprisonnement. « Feet are silent » Nommer un village ou une personne est dangereux.

Source – 

Les journalistes sont silencieux, comme les pieds. « Feet are silent » expression birmane

Catégories
Société

L’élite n’aime pas payer pour les pauvres*

L’élite n’aime pas payer pour les pauvres* Photo: Michele Jullian

  La politique thaïe expliquée au jardin d’enfant En Malaisie, il ne fait pas bon défier le parti en place. Anwar Ibrahim, est accusé de sodomie, sans aucune preuve, simplement parce que, depuis quelques années, il défie les premiers ministres (Badawi et Razak) issus de l’UMNO (United Malaysia National Organisation) : le parti unique en Malaisie. En Thaïlande, le crime de Thaksin chassé du pouvoir en 2006, aura été de défier l’élite en gagnant les voix du peuple grâce à « des mesures populistes qui menaçaient les intérêts de l’élite de Bangkok » L’élite tient tout en Thaïlande et prend un pourcentage sur tout ce que vous mangez, buvez, construisez. Avant la montée inattendue de Thaksin, l’élite n’avait pas senti le vent de la technologie (téléphonie etc.) alors Thaksin s’en est emparée –  seul – et il est devenu immensément riche. Faisant le pied de nez du siècle  à l’élite qui avait manqué de flair. Il aurait pu s’en tenir là, Thaksin !

View original post here:  

L’élite n’aime pas payer pour les pauvres*

Catégories
Photo Société

Avoir peur, la trouille, la frousse… avoir les pétoches, les boules

Avoir peur, la trouille, la frousse… avoir les pétoches, les boules Photo: Michele Jullian

HISTOIRE D’UN HOMME Histoire d’un homme qui a eu une belle ligne de conduite toute sa vie. Il s’appelle Somsak, il était professeur à l’université Thammassat à Bangkok. Sur sa page FB il explique qu’il a quasiment grandi dans cette université. Physiquement et politiquement. « J’ai tant aimé cette université » dit-il. « J’étais à la tête d’un mouvement étudiant en octobre 1976 » Il a été professeur d’histoire pendant plus de 20 ans à Thammassat.

Read More:  

Avoir peur, la trouille, la frousse… avoir les pétoches, les boules

Catégories
Histoire

A164. Quelques brèves notions de bonnes manières en Thaïlande.

Les Thaïs n’ont pas encore abattu l’arbre des bienséances, ils ne l’ont pas même étêté. Il en est deux signes qui subsistent, nous le constatons tous les jours mais leur maniement n’est peut-être pas toujours facile pour nous occidentaux, ce sont le waï (????) et le krap (????) (1). La politesse en Thaïlande comme ailleurs est avant tout une question de mesure, c’est bien ce qui en rend la pratique si délicate. Mais le savoir vivre thaï a ses coutumes, ses exigences et ses lois, essayons d’y voir clair. Le « waï » Le waï consiste à mettre les deux mains jointes paume contre paume en effleurant le corps « quelque part » entre le visage et la poitrine.

See the article here: 

A164. Quelques brèves notions de bonnes manières en Thaïlande.

Catégories
Histoire

A156. Un gros mammifère inconnu en Thaïlande ?

Nous avons, dans un article publié en mai 2011 relatif aux très légendaires fourmis chercheuses d’or, parlé en quelques lignes de découvertes permanentes que font les savants, notamment dans la vallée du Mékong, d’espèces inconnues (rats, araignées, scolopendres, serpents, etc…). Existe-t-il encore dans les forêts de Roi-Et et celle de Phuphan un mammifère inconnu ? (1) La nouvelle provient du Sri krung (ศรีกรุง) le 23 avril 1927, un journal populaire de l’époque. Elle est relayée dans le journal de la Siam society (Natural History Bulletin of the Siam Society, publication bisannuelle consacrée aux sciences naturelles) de la même année. Des chasseurs opèrent dans une forêt du district de Phonthong (โพนทอง), petit amphoe situé à l’extrême nord de la province, limitrophe de celle de Kalasin et de l’amphoe de Kuchinaraï, et ils y rencontrent une famille d’étranges animaux, ils sont gros comme des éléphants mais ressemblent à une chèvre ? La femelle est tuée ainsi que son bébé, le mâle réussit à s’enfuir.

Link: 

A156. Un gros mammifère inconnu en Thaïlande ?

Catégories
Histoire

A151. En Thaïlande, nous vivons au milieu des "Phi".

La croyance en des êtres surnaturels est « innée » chez l’homme. Les Thaïs qualifient ces êtres surnaturels du terme générique de ?? « phi » (1). La traduction que l’on retrouve dans la plupart des lexiques ou dictionnaires, « fantôme » ou « esprit » est sinon mauvaise du moins très largement insuffisante. Ce sont « Des choses que les être humains croient exister sous une forme mystérieuse, que l’on ne peut pas voir mais qui ont parfois un corps » (2). Il existe chez les « phi » comme chez les être humains, en quelque sorte (même si la comparaison est hasardeuse), des anges et des démons, des bons et des mauvais (3). Selon Anuman Ratchathon, ces croyances proviendraient des contacts entre les Thaïs et les Khmers hautement « hindouisés » au 12ème siècle.

Original link – 

A151. En Thaïlande, nous vivons au milieu des "Phi".

Catégories
Histoire

A148. La politique étrangère de la Thaïlande et l’ASEAN. ( 1948-2009)

Il s’agit ici de relever les grandes lignes de la politique étrangère de la Thaïlande depuis la fin de la 2ème guerre mondiale et de comprendre la nouvelle donne régionale que l’ASEAN peut jouer dans cette politique, en nous « servant » des articles de Sophie Boisseau du Rocher et de Kajit Jittasevi, intitulés : « La Thaïlande au sein de l’Asean : une diplomatie en perte de vitesse ? » et « La politique étrangère de la Thaïlande au XXIe siècle, Entre la quête de sens et la recherche d’une place dans le monde globalisé.», in « Thaïlande contemporaine ».* Leur étude s’arrête en 2010. Notre article n’est nullement un résumé ou une lecture de ces deux études, et ne vise qu’à comprendre et partager ce qui a été compris

Original post: 

A148. La politique étrangère de la Thaïlande et l’ASEAN. ( 1948-2009)