Catégories
Société

PARLER, C’EST CREER DES LIENS, DES OBLIGATIONS

PARLER, C’EST CREER DES LIENS, DES OBLIGATIONS Photo: Michele Jullian

  Ça pourrait être le début d’un roman « à la Musso », un thriller dont je ne suis pas sûre d’avoir envie de connaître l’épilogue… forcément, pathétique, forcément tragique. Parler à quelqu’un engage. Parler à quelqu’un créé des liens. Et parfois des obligations. (Je pense à St Exupéry qui disait : apprivoiser, c’est créer des liens) Lorsque je suis à Paris, j’ai mes habitudes de petit-déj. Chez Exki Bd Montparnasse. C’est là que j’écris mes premières lignes de la journée. Des amitiés se sont créés là : une jeune avocate d’origine indienne venue me rejoindre en Thaïlande, un peintre japonais qui fait chaque jour ses exercices japonais/thaï (il a un appartement à Bangkok), un Tunisien qui écrit un livre sur le Djihad, un linguiste, vendeur chez Chevignon aux Galeries Lafayette, une jeune malentendante qui cherche du travail, un couple de retraités cinéphiles… Avec le temps, on échange, et ce lieu d’écriture est devenu une sorte de salon agréable où, à mon grand désespoir, je n’ai plus le temps d’écrire.

Follow this link:

PARLER, C’EST CREER DES LIENS, DES OBLIGATIONS

Catégories
Photo Société

Le monde depuis une petite ville de Bretagne – part 1

Le monde depuis une petite ville de Bretagne – part 1 Photo: Michele Jullian

    Paris n’est pas la France, la banlieue n’est pas la France, mais prenez une petite ville de province où l’on vend l’almanach des marées au bistro de la place….C’est encore la France. Petites entreprises au bord de la faillite, personnel victime du « burn-out », ce mot m’énerve, même si l’on en comprend maintenant le sens, cette nouvelle affliction va bientôt être prise en main par les laboratoires pharmaceutiques et on va bientôt trouver des médicaments « anti burn-out » il y a déjà toute une panoplie de magazines ou de livres sur le sujet. De petites entreprises n’embauchent plus et ne savent plus comment payer leurs ouvriers, alors ils les payent mais ne se prennent pas de salaire (boutique de lingerie, crêperie, entreprise de maçonnerie) Un œil sur la presse internationale : « Obama le pire président avec W Bush » (Le Point) – Les chefs d’état se réunissent pour dire quoi ? qu’ils sont contre la pollution, contre la guerre, contre le djihadisme etc. Ils ne décident plus rien, ils "laissent venir". – La France est devenue une sorte de gigantesque Facebook où paranos, pervers narcissiques se battent pour le pouvoir ou pour y rester, et ne gouvernent plus parce que incapables de prévoir et de trancher. Mais qui veulent être aimés par beaucoup d'amis ou de suiveurs

Link – 

Le monde depuis une petite ville de Bretagne – part 1

Catégories
Société

Les journalistes sont silencieux, comme les pieds. « Feet are silent » expression birmane

Les journalistes sont silencieux, comme les pieds. « Feet are silent » expression birmane Photo: Michele Jullian

    « When feet are silent », telle est la belle expression birmane signifiant « il fait très chaud ». Il n’y a malheureusement pas que les pieds qui font silence en Birmanie, les bouches aussi sont muselées. La presse est étouffée. Et pas seulement l’étrangère, mais la presse locale également. La peur impose silence à ceux dont c’est le métier de raconter, de rendre compte. « Feet are silent » A un point de la frontière où je me trouvais l’autre jour, un groupe de journalistes de l’état Karenni risque des années de prison pour le simple fait d’évoquer de prochaines élections. Ils travaillent dans une hutte de bambou, sur un ordinateur fonctionnant sur batterie, sur un sol transformé en gadoue par les pluies récentes. Cette frontière est peut-être loin de Rangoon et des tentacules de la pieuvre mais ça reste extrêmement dangereux. Un journaliste raconte qu’un de leurs informateurs – il n’avait que 25 ans – qui avait envoyé quelques informations qui tenaient sur la page d’un mini-ordinateur, avait été arrêté et condamné à 37 ans d’emprisonnement. « Feet are silent » Nommer un village ou une personne est dangereux.

Source – 

Les journalistes sont silencieux, comme les pieds. « Feet are silent » expression birmane

Catégories
Société

JE N’AI PAS LE COURAGE DE MES INDIGNATIONS !

JE N’AI PAS LE COURAGE DE MES INDIGNATIONS ! Photo: Michele Jullian

    J’en ai marre des gens qui s’indignent. S’indigner à quoi ça sert ? A se donner bonne conscience, comme les quelques euros que je glisse au moins une fois par jour dans la main de malheureux que je croise sur ma route ? Je prends chaque matin le même chemin pour aller prendre mon café à Exki, peux pas imaginer boire mon café du matin  seule, devant le mur de ma cuisine, besoin de l’animation, du bruissement  autour de moi pour écrire. Certains cherchent le calme, moi pas, j’ai besoin de la vie.  Je croise une femme : entre 40 et 50 ans, comment dire quand on a des semaines ou des mois de galère dans la rue.

This article:

JE N’AI PAS LE COURAGE DE MES INDIGNATIONS !

Catégories
Photo Société

Avoir peur, la trouille, la frousse… avoir les pétoches, les boules

Avoir peur, la trouille, la frousse… avoir les pétoches, les boules Photo: Michele Jullian

HISTOIRE D’UN HOMME Histoire d’un homme qui a eu une belle ligne de conduite toute sa vie. Il s’appelle Somsak, il était professeur à l’université Thammassat à Bangkok. Sur sa page FB il explique qu’il a quasiment grandi dans cette université. Physiquement et politiquement. « J’ai tant aimé cette université » dit-il. « J’étais à la tête d’un mouvement étudiant en octobre 1976 » Il a été professeur d’histoire pendant plus de 20 ans à Thammassat.

Read More:  

Avoir peur, la trouille, la frousse… avoir les pétoches, les boules

Catégories
Histoire

168. Le "nationalisme" du roi Rama VI (1910-1925).

Nous avons vu dans notre article consacré aux « Tigres sauvages »* que le roi Rama VI avait créé ce mouvement, dès le début de son règne, pour, entre autre, promouvoir un nouvel esprit national, capable de défendre le pays, « la nation », face à des ennemis qui, disait-il, avaient déjà fait un sort à la Birmanie, au Cambodge, à la moitié de la Malaisie, de Java, pendant que la Perse et la Chine étaient sous le chaos. Au moins, il parlait « juste ».

Original post – 

168. Le "nationalisme" du roi Rama VI (1910-1925).

Catégories
Histoire

A171. Les pionniers du Mékong (1890-1893)

3. Vaincre les chutes de Khône (1890-1893). Nous poursuivons notre lecture « (D)es grands pionniers du Mékong. Une cinquantaine d’années d’aventures. (1884-1935) » de Luc Lacroze. (L’Harmattan, 1996.) Les deux articles précédents avaient raconté la première expédition française du Mékong (1866-1868) et les aventures des pionniers dans les rapides cambodgiens entre 1884 et 1889.

Link to original: 

A171. Les pionniers du Mékong (1890-1893)

Catégories
Photo Société

Qui sont "les juifs de l’Asie" ?

Qui sont "les juifs de l’Asie" ? Photo: Michele Jullian

  Savez-vous à qui l’on doit le titre de ce pamphlet, « les juifs de l’est » ? A un souverain siamois, Vajiravudt ou Rama VI. Et ceux que le roi désignait ainsi, ce sont des Chinois, les « Teochiu ». Je me souviens avoir entendu cette expression au cours d’un de mes nombreux voyages en Asie. Etrange appellation. Mais il faut remonter à avant Rama Ier  et à Taksin pour comprendre le sens de ce libelle. Pendant une vingtaine d’années j’ai vécu avec un historien-scénariste-écrivain. Je fus son assistante pendant ces années, sur fims, émissions et ouvrages historiques : « Le roman de l’homme » (la préhistoire), « Charlemagne », « Moi, François Villon », « St Ex, la dernière mission » « La France à voix haute » (Charles de Gaulle) etc. Il m’est resté un certain goût – iconoclaste comme il l’était, lui – de l’Histoire.

More:

Qui sont "les juifs de l’Asie" ?