Catégories
Photo Société

Se battre pour garder ses propres traditions

  Depuis une île on ne peut plus tropicale par son humidité et sa chaleur, où traînent encore quelques vestiges de l’époque coloniale mais qui a surtout laissé sa langue en héritage… un anglais émaillé de tics chinois (Hokkien ici), comme : « how are you lah ? » « Where are you going lah ? » « It’s ten ringgits lah » « bye bye lah » (j’adore… j’ai même déjà attrapé le tic lah ! ….)   …depuis Penang donc, où l’on s’apprête à fêter le Nouvel An Chinois, avec ses traditions millénaires. Le « ang pao », petit paquet rouge dans lequel on glisse de l’argent et que les adultes offrent aux enfants est un must, une jolie façon de souhaiter un avenir favorable à la jeune génération. Son montant est important car il indique le rang social du donneur. La couleur dominante est le rouge porte bonheur, et c’est l’occasion de porter des vêtements neufs. On nettoie la maison de fond en comble, mais bien avant l’évènement, car dépoussiérer pendant la période de fête chasserait les bonnes nouvelles. Mes amis Chinois m’ont aussi appris que les pétards et feux d’artifices, c’était pour chasser les mauvais esprits. Certains mots sont également interdits : comme « quatre » et « mort » et il ne faut surtout pas acheter de nouvelles chaussures. Une femme qui offrirait des chaussures à son mari risquerait de voir celui-ci s’éloigner d’elle avec les dites nouvelles chaussures

Se battre pour garder ses propres traditions Photo: Michele Jullian

  Depuis une île on ne peut plus tropicale par son humidité et sa chaleur, où traînent encore quelques vestiges de l’époque coloniale mais qui a surtout laissé sa langue en héritage… un anglais émaillé de tics chinois (Hokkien ici), comme : « how are you lah ? » « Where are you going lah ? » « It’s ten ringgits lah » « bye bye lah » (j’adore… j’ai même déjà attrapé le tic lah ! ….)   …depuis Penang donc, où l’on s’apprête à fêter le Nouvel An Chinois, avec ses traditions millénaires. Le « ang pao », petit paquet rouge dans lequel on glisse de l’argent et que les adultes offrent aux enfants est un must, une jolie façon de souhaiter un avenir favorable à la jeune génération. Son montant est important car il indique le rang social du donneur. La couleur dominante est le rouge porte bonheur, et c’est l’occasion de porter des vêtements neufs. On nettoie la maison de fond en comble, mais bien avant l’évènement, car dépoussiérer pendant la période de fête chasserait les bonnes nouvelles. Mes amis Chinois m’ont aussi appris que les pétards et feux d’artifices, c’était pour chasser les mauvais esprits. Certains mots sont également interdits : comme « quatre » et « mort » et il ne faut surtout pas acheter de nouvelles chaussures. Une femme qui offrirait des chaussures à son mari risquerait de voir celui-ci s’éloigner d’elle avec les dites nouvelles chaussures

View original: 

Se battre pour garder ses propres traditions

Par Michele Jullian

Une premiere vie a Calais, une deuxieme vie a Paris (france-Inter, television et ecriture) une troisieme vie en Thailande (ecriture d'un blog et de romans). Avec des voyages : autour du monde avec mes enfants, ou presque toujous en solitaire, comme le chantait si bien Gerard Manset... l'adoption d'une petite thailandaise, le gout de la photo, de la decouverte et l'envie d'attraper avec mon appareil photos, tout ce qui est en train de disparaitre : culture,tradition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.