Catégories
Société

PARLER, C’EST CREER DES LIENS, DES OBLIGATIONS

  Ça pourrait être le début d’un roman « à la Musso », un thriller dont je ne suis pas sûre d’avoir envie de connaître l’épilogue… forcément, pathétique, forcément tragique. Parler à quelqu’un engage. Parler à quelqu’un créé des liens. Et parfois des obligations. (Je pense à St Exupéry qui disait : apprivoiser, c’est créer des liens) Lorsque je suis à Paris, j’ai mes habitudes de petit-déj. Chez Exki Bd Montparnasse. C’est là que j’écris mes premières lignes de la journée. Des amitiés se sont créés là : une jeune avocate d’origine indienne venue me rejoindre en Thaïlande, un peintre japonais qui fait chaque jour ses exercices japonais/thaï (il a un appartement à Bangkok), un Tunisien qui écrit un livre sur le Djihad, un linguiste, vendeur chez Chevignon aux Galeries Lafayette, une jeune malentendante qui cherche du travail, un couple de retraités cinéphiles… Avec le temps, on échange, et ce lieu d’écriture est devenu une sorte de salon agréable où, à mon grand désespoir, je n’ai plus le temps d’écrire.

PARLER, C’EST CREER DES LIENS, DES OBLIGATIONS Photo: Michele Jullian

  Ça pourrait être le début d’un roman « à la Musso », un thriller dont je ne suis pas sûre d’avoir envie de connaître l’épilogue… forcément, pathétique, forcément tragique. Parler à quelqu’un engage. Parler à quelqu’un créé des liens. Et parfois des obligations. (Je pense à St Exupéry qui disait : apprivoiser, c’est créer des liens) Lorsque je suis à Paris, j’ai mes habitudes de petit-déj. Chez Exki Bd Montparnasse. C’est là que j’écris mes premières lignes de la journée. Des amitiés se sont créés là : une jeune avocate d’origine indienne venue me rejoindre en Thaïlande, un peintre japonais qui fait chaque jour ses exercices japonais/thaï (il a un appartement à Bangkok), un Tunisien qui écrit un livre sur le Djihad, un linguiste, vendeur chez Chevignon aux Galeries Lafayette, une jeune malentendante qui cherche du travail, un couple de retraités cinéphiles… Avec le temps, on échange, et ce lieu d’écriture est devenu une sorte de salon agréable où, à mon grand désespoir, je n’ai plus le temps d’écrire.

Follow this link:

PARLER, C’EST CREER DES LIENS, DES OBLIGATIONS

Par Michele Jullian

Une premiere vie a Calais, une deuxieme vie a Paris (france-Inter, television et ecriture) une troisieme vie en Thailande (ecriture d'un blog et de romans). Avec des voyages : autour du monde avec mes enfants, ou presque toujous en solitaire, comme le chantait si bien Gerard Manset... l'adoption d'une petite thailandaise, le gout de la photo, de la decouverte et l'envie d'attraper avec mon appareil photos, tout ce qui est en train de disparaitre : culture,tradition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.