Catégories
Photo Société

Des mots : armes ou anxyolitiques

  Le peuple thaï  : tel  un arbre sans feuille ni racine Les mots sont des trésors, ils traduisent la pensée. Ils sont nécessaires pour parler, échanger, s’expliquer, argumenter. Empêcher un peuple de s’exprimer librement c’est briser les ailes de son imagination, c’est le priver de sa capacité à réfléchir, c’est couper le cordon ombilical de sa mémoire. En Thaïlande un peuple tout entier est privé de ce qui fait un homme : la parole, donc l’écrit, donc sa capacité à créer. Faut être idiot pour ne pas remarquer qu’on ne créé pas grand-chose en Thaïlande : les statues de Bouddha, les vulgaires représentations – plus kitch tu meurs – de la vie de Gautama sont de simples bandes dessinées, copiées et recopiées à l’infini. Avec les mêmes gestes, la Thaïlande a donc de bons artisans. C’est toujours ça ! Mais pas d’orateurs, pas de philosophe, pas de penseur, pas d’intellectuel (sauf si l’on considère comme intellectuel les « academics » qui enseignent dans les universités), quelques conteurs qui écrivent souvent à l’aide de symboles (l’éléphant, la grenouille etc.). La dictature thaïe a fait ce  que Staline et Mao réunis n’ont pu faire à leur peuple : elle a coupé les ailes aux créateurs thaïs, la Chine et la Russie ont eu, eux, les plus grands écrivains qui soient.

Des mots : armes ou anxyolitiques Photo: Michele Jullian

  Le peuple thaï  : tel  un arbre sans feuille ni racine Les mots sont des trésors, ils traduisent la pensée. Ils sont nécessaires pour parler, échanger, s’expliquer, argumenter. Empêcher un peuple de s’exprimer librement c’est briser les ailes de son imagination, c’est le priver de sa capacité à réfléchir, c’est couper le cordon ombilical de sa mémoire. En Thaïlande un peuple tout entier est privé de ce qui fait un homme : la parole, donc l’écrit, donc sa capacité à créer. Faut être idiot pour ne pas remarquer qu’on ne créé pas grand-chose en Thaïlande : les statues de Bouddha, les vulgaires représentations – plus kitch tu meurs – de la vie de Gautama sont de simples bandes dessinées, copiées et recopiées à l’infini. Avec les mêmes gestes, la Thaïlande a donc de bons artisans. C’est toujours ça ! Mais pas d’orateurs, pas de philosophe, pas de penseur, pas d’intellectuel (sauf si l’on considère comme intellectuel les « academics » qui enseignent dans les universités), quelques conteurs qui écrivent souvent à l’aide de symboles (l’éléphant, la grenouille etc.). La dictature thaïe a fait ce  que Staline et Mao réunis n’ont pu faire à leur peuple : elle a coupé les ailes aux créateurs thaïs, la Chine et la Russie ont eu, eux, les plus grands écrivains qui soient.

More – 

Des mots : armes ou anxyolitiques

Par Michele Jullian

Une premiere vie a Calais, une deuxieme vie a Paris (france-Inter, television et ecriture) une troisieme vie en Thailande (ecriture d'un blog et de romans). Avec des voyages : autour du monde avec mes enfants, ou presque toujous en solitaire, comme le chantait si bien Gerard Manset... l'adoption d'une petite thailandaise, le gout de la photo, de la decouverte et l'envie d'attraper avec mon appareil photos, tout ce qui est en train de disparaitre : culture,tradition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.