Catégories
Histoire

A166. Thaïlande. La junte interdira-t-elle tout débat, même historique?

Un coup d’Etat, une junte militaire, une loi martiale, une répression sévère de toute opposition, un contrôle drastique de tous les médias, des réseaux sociaux, des universités … bref de toute opinion qui voudrait s’exprimer. La junte a été claire : toute réunion publique est interdite, tout débat politique est interdit, la liberté d’expression est interdite, la … interdit ; la …interdit. « Les centaines d’arrestations arbitraires, les récits de torture et d’autres mauvais traitements, les restrictions drastiques des droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, et les procès iniques devant des tribunaux militaires contribuent à créer un climat de peur en Thaïlande, sans qu’aucun signe de répit ne soit perceptible, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport rendu public le jeudi 11 septembre, intitulé Attitude adjustment –100 days under Martial Law. »* La télévision, la presse, les réseaux sociaux, Facebook, sont sous surveillance et s’autocensurent, et maintenant « les universitaires sont dans le collimateur des autorités militaires et, selon le Bangkok Post, le vice Premier ministre, Prawit Wongsuwon, les a prévenus : « Ne franchissez pas la ligne rouge ! » (Cf. ** Le Courrier international du 22 septembre 2014 ) « Un avertissement qui fait suite à la pétition publiée le 21 septembre et signé par 60 universitaires de 16 universités qui s’élèvent contre le contrôle de plus en plus strict exercé par la junte sur les activités académiques

Un coup d’Etat, une junte militaire, une loi martiale, une répression sévère de toute opposition, un contrôle drastique de tous les médias, des réseaux sociaux, des universités … bref de toute opinion qui voudrait s’exprimer. La junte a été claire : toute réunion publique est interdite, tout débat politique est interdit, la liberté d’expression est interdite, la … interdit ; la …interdit. « Les centaines d’arrestations arbitraires, les récits de torture et d’autres mauvais traitements, les restrictions drastiques des droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, et les procès iniques devant des tribunaux militaires contribuent à créer un climat de peur en Thaïlande, sans qu’aucun signe de répit ne soit perceptible, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport rendu public le jeudi 11 septembre, intitulé Attitude adjustment –100 days under Martial Law. »* La télévision, la presse, les réseaux sociaux, Facebook, sont sous surveillance et s’autocensurent, et maintenant « les universitaires sont dans le collimateur des autorités militaires et, selon le Bangkok Post, le vice Premier ministre, Prawit Wongsuwon, les a prévenus : « Ne franchissez pas la ligne rouge ! » (Cf. ** Le Courrier international du 22 septembre 2014 ) « Un avertissement qui fait suite à la pétition publiée le 21 septembre et signé par 60 universitaires de 16 universités qui s’élèvent contre le contrôle de plus en plus strict exercé par la junte sur les activités académiques

View the original here:  

A166. Thaïlande. La junte interdira-t-elle tout débat, même historique?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.