Catégories
Photo Société

SE SOIGNER A LA CHINOISE

Il y a quelques années je décidais de me mettre au mandarin, motivations justifiées par mes voyages en terre chinoise. J’avais besoin de ce bagage avant de me lancer seule sur les routes du Yunnan et du Guizhou. Je voulais apprendre à mon rythme. C’est à dire vite. Donc cours particuliers. C’est ainsi que je rencontrais mon prof, un garçon tout timide à qui je préparais maladroitement, et à chaque leçon, le traditionnel thé chinois. Geoges Shuay Zhang, fils de sommités de Pékin rêvait de découvrir la France à travers sa langue tandis que ses parents voulaient le marier et le voir entrer « dans les affaires ». Pour un fils unique, braver les désirs de parents chinois est loin d’être simple mais Shuay Zhang avait une volonté qui n’avait d’égale que sa délicatesse et la sophistication de son français.. J’ai eu la chance d’être son élève. J’apprenais vite.

SE SOIGNER A LA CHINOISE Photo: Michele Jullian

Il y a quelques années je décidais de me mettre au mandarin, motivations justifiées par mes voyages en terre chinoise. J’avais besoin de ce bagage avant de me lancer seule sur les routes du Yunnan et du Guizhou. Je voulais apprendre à mon rythme. C’est à dire vite. Donc cours particuliers. C’est ainsi que je rencontrais mon prof, un garçon tout timide à qui je préparais maladroitement, et à chaque leçon, le traditionnel thé chinois. Geoges Shuay Zhang, fils de sommités de Pékin rêvait de découvrir la France à travers sa langue tandis que ses parents voulaient le marier et le voir entrer « dans les affaires ». Pour un fils unique, braver les désirs de parents chinois est loin d’être simple mais Shuay Zhang avait une volonté qui n’avait d’égale que sa délicatesse et la sophistication de son français.. J’ai eu la chance d’être son élève. J’apprenais vite.

Visit site – 

SE SOIGNER A LA CHINOISE

Par Michele Jullian

Une premiere vie a Calais, une deuxieme vie a Paris (france-Inter, television et ecriture) une troisieme vie en Thailande (ecriture d'un blog et de romans). Avec des voyages : autour du monde avec mes enfants, ou presque toujous en solitaire, comme le chantait si bien Gerard Manset... l'adoption d'une petite thailandaise, le gout de la photo, de la decouverte et l'envie d'attraper avec mon appareil photos, tout ce qui est en train de disparaitre : culture,tradition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.