Catégories
Histoire

A124. Les chemises rouges de Thaïlande. 1

De 2006 aux manifestations de Phan Fa/Ratchaprasong du «3 avril 2010 – 19 mai 2010» Si vous suivez quelque peu la situation politique de la Thaïlande, vous avez dû quelquefois vous demander ce que pouvait bien représenter ce mouvement politique majeur, qu’on appelle «les chemises rouges», conscient qu’il représentait un acteur essentiel de la vie politique du pays, surtout après leur victoire électorale importante aux élections du 3 juillet 2011. L’étude d’Eugénie Mérieau, récemment parue en ce mois de juillet 2013, sous l’égide de l’IRASEC, intitulée Les Chemises rouges de Thaïlande, arrivait à point pour nous éclairer.* «Cette étude, dit-elle, retrace les différents événements fondateurs du mouvement dit des Chemises rouges, depuis leur création embryonnaire à la veille du coup d’Etat du 19 septembre 2006, jusqu’à leur écrasante victoire électorale du 3 juillet 2011. Offrant un examen détaillé des actions et des motivations des différentes organisations et groupuscules qui composent les Chemises rouges ». Elle choisit d’aborder son étude des Chemises rouges par un récit des manifestations de Phan Fa/Ratchaprasong, du «3 avril 2010 – 19 mai 2010», «alors que le mouvement des Chemises rouges a déjà bientôt quatre ans, c’est pour deux raisons : tout d’abord, parce que les acteurs clés du mouvement se mettent en scène à Ratchaprasong ; ensuite parce que la répression sanglante de mai 2010 est un moment charnière de l’histoire des Chemises rouges en tant que mouvement social, constituant son mythe fondateur. Paysans et intellectuels, Bangkokiens et provinciaux, « opportunistes » et « idéalistes », différentes composantes du mouvement des Chemises rouges jusqu’alors relativement étrangères les unes aux autres, ont noué des solidarités indéfectibles à la faveur de la tragédie de mai 2010. Les futurs historiens de la Thaïlande choisiront peut-être d’enterrer la prophétie auto-réalisatrice des « deux démocraties » ****à Ratchaprasong, en 2010, qui constitue à ce jour la plus grande manifestation pro-démocratique de l’histoire du pays

De 2006 aux manifestations de Phan Fa/Ratchaprasong du «3 avril 2010 – 19 mai 2010» Si vous suivez quelque peu la situation politique de la Thaïlande, vous avez dû quelquefois vous demander ce que pouvait bien représenter ce mouvement politique majeur, qu’on appelle «les chemises rouges», conscient qu’il représentait un acteur essentiel de la vie politique du pays, surtout après leur victoire électorale importante aux élections du 3 juillet 2011. L’étude d’Eugénie Mérieau, récemment parue en ce mois de juillet 2013, sous l’égide de l’IRASEC, intitulée Les Chemises rouges de Thaïlande, arrivait à point pour nous éclairer.* «Cette étude, dit-elle, retrace les différents événements fondateurs du mouvement dit des Chemises rouges, depuis leur création embryonnaire à la veille du coup d’Etat du 19 septembre 2006, jusqu’à leur écrasante victoire électorale du 3 juillet 2011. Offrant un examen détaillé des actions et des motivations des différentes organisations et groupuscules qui composent les Chemises rouges ». Elle choisit d’aborder son étude des Chemises rouges par un récit des manifestations de Phan Fa/Ratchaprasong, du «3 avril 2010 – 19 mai 2010», «alors que le mouvement des Chemises rouges a déjà bientôt quatre ans, c’est pour deux raisons : tout d’abord, parce que les acteurs clés du mouvement se mettent en scène à Ratchaprasong ; ensuite parce que la répression sanglante de mai 2010 est un moment charnière de l’histoire des Chemises rouges en tant que mouvement social, constituant son mythe fondateur. Paysans et intellectuels, Bangkokiens et provinciaux, « opportunistes » et « idéalistes », différentes composantes du mouvement des Chemises rouges jusqu’alors relativement étrangères les unes aux autres, ont noué des solidarités indéfectibles à la faveur de la tragédie de mai 2010. Les futurs historiens de la Thaïlande choisiront peut-être d’enterrer la prophétie auto-réalisatrice des « deux démocraties » ****à Ratchaprasong, en 2010, qui constitue à ce jour la plus grande manifestation pro-démocratique de l’histoire du pays

See the original article here:  

A124. Les chemises rouges de Thaïlande. 1

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.