Catégories
Isan

(8) Pagodes voisines : Doi Saket

WAT DOI SAKETLe stupa de Doi SaketOutre celle de notre village pour laquelle j’ai une affection particulière j’apprécie aussi beaucoup celle du district dans lequel nous habitons : Doi Saket qui veut dire colline, montagne et écailles, plus particulièrement celles du Nâga (voir ci-après)Le temple se trouve effectivement au sommet d’une colline et domine la plaine et lorsque le soleil est déclinant on peut apercevoir de loin son stupa doré.Ce temple abrite une communauté importante car il est aussi une importante école de formation des jeunes moines, qui a l’adolescence optent pour la voix monastique. Les jeunes « déjà moines » sont souvent appelés par les « petites pagodes » lors de cérémonie qui nécessitent la présence de plusieurs moines, comme les funérailles.Une anecdote à ce sujet : justement lors d’une cérémonie funéraire j’avais été bouleversé par la récitation chantée d’un mantra par un de ce cœur de jeunes moines, on aurait dit du gospel. Quelque temps plus tard, j’ai expliqué à ma Puy que j’avais beaucoup apprécié ces chanteurs… Sacrilège, ce n’était pas une chanson mais la récitation d’un mantra m’a-t-elle répondu avec véhémence, mais pleine de compréhension pour ce farang (étranger) de mari qui manque encore de culture. Promis je ne le ferai plus.Tête du NâgaLa montée de la route à la place du temple et des annexes abritée par deux arbres sacrés (ceux sous lesquels s’était abrité Bouddha) se fait par un escalier monumental flanqué comme à chaque fois par deux Nâga. Le Nâga un serpent naja à 7 têtes qui a protégé Buddha pendant qu’il méditait un jour de grande pluie, il est donc devenu le génie des eaux avec un rôle protecteur

WAT DOI SAKETLe stupa de Doi SaketOutre celle de notre village pour laquelle j’ai une affection particulière j’apprécie aussi beaucoup celle du district dans lequel nous habitons : Doi Saket qui veut dire colline, montagne et écailles, plus particulièrement celles du Nâga (voir ci-après)Le temple se trouve effectivement au sommet d’une colline et domine la plaine et lorsque le soleil est déclinant on peut apercevoir de loin son stupa doré.Ce temple abrite une communauté importante car il est aussi une importante école de formation des jeunes moines, qui a l’adolescence optent pour la voix monastique. Les jeunes « déjà moines » sont souvent appelés par les « petites pagodes » lors de cérémonie qui nécessitent la présence de plusieurs moines, comme les funérailles.Une anecdote à ce sujet : justement lors d’une cérémonie funéraire j’avais été bouleversé par la récitation chantée d’un mantra par un de ce cœur de jeunes moines, on aurait dit du gospel. Quelque temps plus tard, j’ai expliqué à ma Puy que j’avais beaucoup apprécié ces chanteurs… Sacrilège, ce n’était pas une chanson mais la récitation d’un mantra m’a-t-elle répondu avec véhémence, mais pleine de compréhension pour ce farang (étranger) de mari qui manque encore de culture. Promis je ne le ferai plus.Tête du NâgaLa montée de la route à la place du temple et des annexes abritée par deux arbres sacrés (ceux sous lesquels s’était abrité Bouddha) se fait par un escalier monumental flanqué comme à chaque fois par deux Nâga. Le Nâga un serpent naja à 7 têtes qui a protégé Buddha pendant qu’il méditait un jour de grande pluie, il est donc devenu le génie des eaux avec un rôle protecteur

More:

(8) Pagodes voisines : Doi Saket

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.