Catégories
Culture Société

De pure mauvaise foi

? Pourquoi ch’peux plus lire un roman?? Pourquoi est-ce qu’après 10 pages je «?laisse tomber?»… ?stricto sensu. J’en achète plein des bouquins, des ceux avec des noms archi médiatisés, des ceux avec de belles couvertures, des ceux avec affriolante 4e de couv, des ceux avec critique dithyrambique, des ceux qui vendent par millions (non, là je mens effrontément), des ceux qui vendent presque pas parce que jamais entendu parler, des ceux qu’on voit à la télé, des ceux qui sont traduits depuis le chinois, le coréen, l’italien, l’américain… J’achète des livres, c’est ma maladie, mon problème, mon péché, c’est compulsif, je ne peux résister à l’envie de les empiler sur le comptoir. La libraire m’aime bien, elle me fait systématiquement 5 % de réduction, même quand je ne demande pas. Mais pourquoi me tombent-ils presque tous des mains?? Donc?» ils me tombent des mains?», alors plutôt que de les ranger (encore un mot inconnu) dans ma bibliothèque qui croule sous les piles, je les donne à ma femme de ménage Aïda (j’espère qu’elle les revend) ou alors je fais comme le petit poucet, un à la fois, je les dépose sur les tables vides des terrasses vides des brasseries vides. Je viens d’entendre à la télévision au cours d’une revue de presse «?culturelle?» qu’on lisait de moins en moins aujourd’hui à cause des réseaux sociaux. On ne peut plus lire, on papillonne, on saute… plus de constance cognitive. Moi aussi ?je surfe, ?j’utilise les réseaux asociaux (euh j’ai fait une faute de frappe??), mais j’y suis active, participante?: j’écris des textes, ?matière à réflexion, à distraction, à instruction, à provocation, à débat éventuellement?! ?Je mets des images que je suis allée chercher dans les endroits où l’on ne voyage pas habituellement en groupe. Je vaincs ma peur de l’avion pour découvrir des cultures «?différentes?» … Parce que le « différent » m'intéresse ». Alors pourquoi ce désintérêt des livres… non, ?des romans?? Bien sûr je continue de lire, mais ?des livres «?sérieux?», des classiques, ceux-là je peux les feuilleter au hasard des pages, j’y glanerai toujours quelque chose qui m’enrichira, m’émerveillera, m’emportera, genre? «?La liberté illimitée aboutit au despotisme illimité?», «?Nous sommes sans cesse à un niveau inconscient, en train de nous approprier l’identité d’autrui?», ou «?Tout socialisme naît d’une trouille infinie et croit y échapper par la justice sociale?» (bon celle-là c’est d’Edgar Poe). « La vertu suprême n'est pas vertueuse », « Eratosthène a eu le premier l'idée que la terre était ronde »…..Mieux que?: «?Elle éteint la gazinière où s’épuise l’eau de mes œufs et branche le grille-pain?»… ou «?Pourquoi tu as acheté du morbier au lieu d’acheter du gruyère???» ou «?Il se lave les dents, je me démaquille. Il va aux toilettes?»… Je suis de mauvaise foi?? C’est évident et je le revendique avec jubilation. C’est mon droit, ma liberté d’écrire plutôt que de réciter des slogans, ou de tomber dans le convenu ou le politiquement correcte. Ou le « rien »…C’est mon goût. Mon mauvais goût?? peut-être, je ne sais pas et je m'en fiche. . Je préfère Conrad, Hubert Reeves, François Jullien, François Cheng, Philippe Murray (là, je vais me faire assassiner) à….. Non je ne nommerai personne. Mais je ne pourrais jamais être critique littéraire. Je suis ?de bien trop mauvaise foi?!?….Foi, oui, pas?: foix, fois, foie…. (ben oui, l’habitude de surfer sur FB?!) ?

De pure mauvaise foi Photo: Michele Jullian

? Pourquoi ch’peux plus lire un roman?? Pourquoi est-ce qu’après 10 pages je «?laisse tomber?»… ?stricto sensu. J’en achète plein des bouquins, des ceux avec des noms archi médiatisés, des ceux avec de belles couvertures, des ceux avec affriolante 4e de couv, des ceux avec critique dithyrambique, des ceux qui vendent par millions (non, là je mens effrontément), des ceux qui vendent presque pas parce que jamais entendu parler, des ceux qu’on voit à la télé, des ceux qui sont traduits depuis le chinois, le coréen, l’italien, l’américain… J’achète des livres, c’est ma maladie, mon problème, mon péché, c’est compulsif, je ne peux résister à l’envie de les empiler sur le comptoir. La libraire m’aime bien, elle me fait systématiquement 5 % de réduction, même quand je ne demande pas. Mais pourquoi me tombent-ils presque tous des mains?? Donc?» ils me tombent des mains?», alors plutôt que de les ranger (encore un mot inconnu) dans ma bibliothèque qui croule sous les piles, je les donne à ma femme de ménage Aïda (j’espère qu’elle les revend) ou alors je fais comme le petit poucet, un à la fois, je les dépose sur les tables vides des terrasses vides des brasseries vides. Je viens d’entendre à la télévision au cours d’une revue de presse «?culturelle?» qu’on lisait de moins en moins aujourd’hui à cause des réseaux sociaux. On ne peut plus lire, on papillonne, on saute… plus de constance cognitive. Moi aussi ?je surfe, ?j’utilise les réseaux asociaux (euh j’ai fait une faute de frappe??), mais j’y suis active, participante?: j’écris des textes, ?matière à réflexion, à distraction, à instruction, à provocation, à débat éventuellement?! ?Je mets des images que je suis allée chercher dans les endroits où l’on ne voyage pas habituellement en groupe. Je vaincs ma peur de l’avion pour découvrir des cultures «?différentes?» … Parce que le « différent » m'intéresse ». Alors pourquoi ce désintérêt des livres… non, ?des romans?? Bien sûr je continue de lire, mais ?des livres «?sérieux?», des classiques, ceux-là je peux les feuilleter au hasard des pages, j’y glanerai toujours quelque chose qui m’enrichira, m’émerveillera, m’emportera, genre? «?La liberté illimitée aboutit au despotisme illimité?», «?Nous sommes sans cesse à un niveau inconscient, en train de nous approprier l’identité d’autrui?», ou «?Tout socialisme naît d’une trouille infinie et croit y échapper par la justice sociale?» (bon celle-là c’est d’Edgar Poe). « La vertu suprême n'est pas vertueuse », « Eratosthène a eu le premier l'idée que la terre était ronde »…..Mieux que?: «?Elle éteint la gazinière où s’épuise l’eau de mes œufs et branche le grille-pain?»… ou «?Pourquoi tu as acheté du morbier au lieu d’acheter du gruyère???» ou «?Il se lave les dents, je me démaquille. Il va aux toilettes?»… Je suis de mauvaise foi?? C’est évident et je le revendique avec jubilation. C’est mon droit, ma liberté d’écrire plutôt que de réciter des slogans, ou de tomber dans le convenu ou le politiquement correcte. Ou le « rien »…C’est mon goût. Mon mauvais goût?? peut-être, je ne sais pas et je m'en fiche. . Je préfère Conrad, Hubert Reeves, François Jullien, François Cheng, Philippe Murray (là, je vais me faire assassiner) à….. Non je ne nommerai personne. Mais je ne pourrais jamais être critique littéraire. Je suis ?de bien trop mauvaise foi?!?….Foi, oui, pas?: foix, fois, foie…. (ben oui, l’habitude de surfer sur FB?!) ?

Source: 

De pure mauvaise foi

Par Michele Jullian

Une premiere vie a Calais, une deuxieme vie a Paris (france-Inter, television et ecriture) une troisieme vie en Thailande (ecriture d'un blog et de romans). Avec des voyages : autour du monde avec mes enfants, ou presque toujous en solitaire, comme le chantait si bien Gerard Manset... l'adoption d'une petite thailandaise, le gout de la photo, de la decouverte et l'envie d'attraper avec mon appareil photos, tout ce qui est en train de disparaitre : culture,tradition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.