Catégories
Société

Un monde lisse ? Mon œil !

Sous l’œil attendri des buffalos… ou devrais-je dire sous leur lourd regard bovin? Ils ont effectivement la paupière lourde sous l’implacable soleil de midi, alors que les nuits sont fraîches enaltitude. Ils clapotent paresseusement dans l’eau boueuse de la Maee Nam Yuam…… ? Et sous l’œil perçant des «Kong Roy Tamruat ta’wen chaay daeen 337» (service des frontièresdu poste 337 de Kong Roy), chargé de surveiller les flux migratoires des deux côtés de la rivière Yuam, entre Birmanie et Thaïlande, je me mets paresseusement moi aussi (tel un buffalo) – mais avec l’œil aussi perçant que celui de la police à hélices – …à écrire cette note d’arrivée à Mae Sariang You want to see the pilot ? Mae Sariang la paresseuse, la belle endormie que les policiers de terre ont envie de secouer pour faire venir l’argent des touristes etvisiteurs en tout genre. L’un a construit une guesthouse sur la rive en s’attachant les services de Mister Salaween (pour ceux qui ont lu THEATRE D’OMBRES, il m’a servi de modèle ce Salaween là..

Un monde lisse ? Mon œil ! Photo: Michele Jullian

Sous l’œil attendri des buffalos… ou devrais-je dire sous leur lourd regard bovin? Ils ont effectivement la paupière lourde sous l’implacable soleil de midi, alors que les nuits sont fraîches enaltitude. Ils clapotent paresseusement dans l’eau boueuse de la Maee Nam Yuam…… ? Et sous l’œil perçant des «Kong Roy Tamruat ta’wen chaay daeen 337» (service des frontièresdu poste 337 de Kong Roy), chargé de surveiller les flux migratoires des deux côtés de la rivière Yuam, entre Birmanie et Thaïlande, je me mets paresseusement moi aussi (tel un buffalo) – mais avec l’œil aussi perçant que celui de la police à hélices – …à écrire cette note d’arrivée à Mae Sariang You want to see the pilot ? Mae Sariang la paresseuse, la belle endormie que les policiers de terre ont envie de secouer pour faire venir l’argent des touristes etvisiteurs en tout genre. L’un a construit une guesthouse sur la rive en s’attachant les services de Mister Salaween (pour ceux qui ont lu THEATRE D’OMBRES, il m’a servi de modèle ce Salaween là..

Source: 

Un monde lisse ? Mon œil !

Par Michele Jullian

Une premiere vie a Calais, une deuxieme vie a Paris (france-Inter, television et ecriture) une troisieme vie en Thailande (ecriture d'un blog et de romans). Avec des voyages : autour du monde avec mes enfants, ou presque toujous en solitaire, comme le chantait si bien Gerard Manset... l'adoption d'une petite thailandaise, le gout de la photo, de la decouverte et l'envie d'attraper avec mon appareil photos, tout ce qui est en train de disparaitre : culture,tradition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.