Catégories
Histoire

43. Le fondateur d’Ayutthaya conquiert Angkor en 1353 ?

Monseigneur Pallegoix nous apprend que U-Thong devenu Ramathibodi, a fondé«Juthia» en 1350 et ajoute avec un grand sens de la formule: «il ne se passa rien sous son règne, si ce n’est qu’il porta la guerre dans le Cambodge d’où il ramené une grande quantité de captifs» (1). Richard Cushman, infatigable traducteur des huit versions connues des « Annales d’Ayuthaya » (voir notre précédent article), nous donne à quelques variantes près une version exactement similaire, et tout aussi lapidaire, celle probablement qui a inspiré Monseigneur Pallegoix. Rochedragon est muet sur cette guerre de conquête mais le texte qu’il nous a traduit ressemble plus à la généalogie davidique du Christ qu’à une chronique historique (2). L’auteur-traducteur de la Chronique publiée dans «the Chinese repository» nous parle dans son premier article de la fondation d’Ayuthaya et d’une attaque d’une armée siamoise de 5.000 hommes contre le Cambodge dont le roi revint vainqueur avec «a great many Kamboyan prisoners» (3). Quelle fut cette guerrede conquête et a-t-elle seulement eu lieu vers le milieu du XIVème siècle ? Nous nous sommes longuement penchés sur l’existence même de ces fameuses annales et sur leur contenu tel que nous le connaissons indirectement, lues par Monseigneur Pallegoix, par Browring et par Aymonier, traduites partiellement par Rochedragon et le correspondant anonyme du «the chinese repository», décortiquées encore par Aymonnier qui en a longuement souligné les incohérences et les contradictions y comprenant les Annales «modernes», «mosaïques brisées en mille morceaux et reconstituées sans intelligence» sans tirer plus de profit de ses études des annales chinoises également étudiées par Léon de Rosny (auquel il nous renvoit en permanence) qui parlait à peu près toutes les langues asiatiques mortes et vivantes de la création (4)

Monseigneur Pallegoix nous apprend que U-Thong devenu Ramathibodi, a fondé«Juthia» en 1350 et ajoute avec un grand sens de la formule: «il ne se passa rien sous son règne, si ce n’est qu’il porta la guerre dans le Cambodge d’où il ramené une grande quantité de captifs» (1). Richard Cushman, infatigable traducteur des huit versions connues des « Annales d’Ayuthaya » (voir notre précédent article), nous donne à quelques variantes près une version exactement similaire, et tout aussi lapidaire, celle probablement qui a inspiré Monseigneur Pallegoix. Rochedragon est muet sur cette guerre de conquête mais le texte qu’il nous a traduit ressemble plus à la généalogie davidique du Christ qu’à une chronique historique (2). L’auteur-traducteur de la Chronique publiée dans «the Chinese repository» nous parle dans son premier article de la fondation d’Ayuthaya et d’une attaque d’une armée siamoise de 5.000 hommes contre le Cambodge dont le roi revint vainqueur avec «a great many Kamboyan prisoners» (3). Quelle fut cette guerrede conquête et a-t-elle seulement eu lieu vers le milieu du XIVème siècle ? Nous nous sommes longuement penchés sur l’existence même de ces fameuses annales et sur leur contenu tel que nous le connaissons indirectement, lues par Monseigneur Pallegoix, par Browring et par Aymonier, traduites partiellement par Rochedragon et le correspondant anonyme du «the chinese repository», décortiquées encore par Aymonnier qui en a longuement souligné les incohérences et les contradictions y comprenant les Annales «modernes», «mosaïques brisées en mille morceaux et reconstituées sans intelligence» sans tirer plus de profit de ses études des annales chinoises également étudiées par Léon de Rosny (auquel il nous renvoit en permanence) qui parlait à peu près toutes les langues asiatiques mortes et vivantes de la création (4)

See the original post:  

43. Le fondateur d’Ayutthaya conquiert Angkor en 1353 ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.